Poulette du net

17 février 2010

Prière d'entrée dans la lumière

Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir.

Mais dis seulement une parole et je serai guéri.

Posté par poulettedunet à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 septembre 2009

Très probables amours

Tous ces petits robots sans cervelle, loin de leur nature profonde, bien dans leur bain de préjugés, de mépris et d'idées reçues me font bien rire !

Pourquoi donc l'histoire contée par VGE serait-elle improbable comme le prétend par exemple celui-ci ?

Diana et Charles, probable ?

Plus beau que ça et thé des chiffres, probable ?

Et pourtant...

Ah ah ah les handicapés des sentiments !

Posté par poulettedunet à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2009

Le mot L

Bientôt sur ce blog la vis (et non le vice) ex-hue, elle de G.

Avec dans les rôles principaux : le mari Fa (dièse), le fat Nic, l'ado Au (symbole de l'or et lie), le bon beurre Na (symbole du sodium au mi) qui fond dans la bouche, la Gouine de passage pour poser nue (dodeline en taille) et, cerise sur le gâteau, se taper ensuite le professeur, rendant ainsi au fat les cornes inconvenantes que ce dernier avait lui-même offertes initialement au mari, la maîtresse air paisse (ir)respectueuse Co,

Ainsi que toute une panoplie d'amant(e)s supplémentaires selon l'humeur du moment du Pays de la merveilleuse Alice : l'amant-éclaireur Phi (le grec), l'amante Sans (drap), l'amante Clé (menteuse),

Narré par votre serviteur, l'éternel(le) qui doit tout entendre et ne rien faire, le(a) boute-en-train Pie.

Posté par poulettedunet à 21:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 août 2009

L'admirable inconscience, calme et rassurante

Comment traduire Chad en gaélique ?

Page 171 :

L'été où nous étions allés là-bas, Chad avait quatre ans et ne voulait pas passer en voiture sur le pont - le plus long du monde de ce genre -, mais nous l'avions fait malgré tout, même si nous n'avions rien de particulier à faire de l'autre côté du pont, à part faire demi-tour et revenir. Nous voulions juste qu'il puisse dire qu'il était passé sur ce pont, et lui montrer qu'il n'y avait aucune raison d'avoir peur.

C'était en août, il y avait du vent, et l'automne semblait déjà descendre en soufflant de la Péninsule au nord de l'Etat - un ciel violet foncé, au dessus du pont, promettant la pluie -, et chaque fois qu'une rafale bousculait la berline de Jon, Chad gémissait.

Je ne cessais de lui répéter : "Tout va bien, Chad. Tout va bien", en me retournant vers le siège arrière pour lui sourire. "Tout va bien. Maman et papa ne te feraient pas traverser un pont si c'était dangereux."

Cela semblait le réconforter. Il cessa peu à peu de se couvrir les yeux des mains pour regarder, apeuré, par la vitre. A un moment, il oublia suffisamment sa peur pour remarquer un bateau qui flottait sur l'eau en contrebas. "Regardez !", dit-il - mais alors le vent bouscula à nouveau la voiture, Jon dit : "Waouh !" et Chad se mit à pleurer. Mes mains étaient trempées de sueur. J'avais lu des récits, dans les journaux, j'en avais lu beaucoup, des histoires de voitures que les vents violents avaient fait tomber du pont Mackinac. C'était dangereux après tout.

Je le savais ça. Mais pas Chad.
Ou peut-être à présent le savait-il.
Et alors, s'il avait maintenant appris cela - que des voitures peuvent tomber de ce pont - et s'il se souvenait de ce que je lui avais dit (Maman et papa ne te feraient pas traverser un pont si c'était dangereux...), trouverait-il cela amusant, ce faux réconfort, ou bien penserait-il que sa mère avait tout simplement été une ignorante, illusionnée, voire une menteuse ?

------

Peur de traverser un pont, d'escalader, d'enfanter ?

Chad, prénom masculin d'un petit garçon de quatre ans plein d'intuitive sagesse, ou d'une grande fille de 35 ans jouissant de son libre-arbitre ?



Posté par poulettedunet à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2009

Deuxième billet

Nous voici arrivés (tel un schizophrène, nous sommes plusieurs là-dedans) en page 61 en ayant estimé tout cela bien bateau jusqu'ici :

"Sherry (Chérie !), Tu dois vraiment te demander, maintenant, qui est ce pauvre bouffon qui est comme ça amoureux de toi. Mais si je te le disais, est-ce que cela changerait quelque chose ? Ce que je ressens pour toi, c'est tout ce qui m'importe, et je devrais peut-être garder cela pour moi, mais, je ne sais pas pourquoi, j'ai besoin que tu le saches. Je sais que tu es une femme heureuse en mariage, mais je sais aussi que j'ai besoin que tu sois à moi pour toujours."

Posté par poulettedunet à 02:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 août 2009

Songe

Lorsque Paulette m'a informée du séjour à la campagne pour lequel elle s'apprêtait, je me suis projetée là-bas avec elle, rêvant sous les étoiles, allongées dans un pré, dans la fraîcheur de la nuit.

N'étant pas conviée, j'ai humblement rêvé qu'au moins, de là-bas, elle pense un peu à moi et qu'à défaut d'un séjour, elle m'appelle à venir l'y rejoindre d'un petit saut léger une demie journée ou une soirée.

Cet appel n'est pas venu.

A son retour elle m'a raconté sa semaine, comme je m'étais imaginé qu'elle serait.

Elle n'a pas parlé d'avoir pensé à moi.

Elle n'a pas y penser (à moi et non à m'en parler).

Il n'y a pas à s'en émouvoir, elle n'en a aucunement le devoir.

Posté par poulettedunet à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 août 2009

Les bermudes, le calcul, l'aviateur

En calculant la position du centre du triangle des Bermudes, j'ai commis une grossière erreur.

Je me suis précipitée pour te servir. J'aime tant te servir.

Autrefois pourtant, dans la sérénité de l'ignorance de ton existence, j'avais pris soin de construire la formule pour tout triplet de points de la surface d'une sphère.

Toutefois, il n'y a pas d'erreur dans le tableau : il n'y est pas dit que ce code peint près de son centre soit celui du centre. Et quand bien même ! N'aurait-on pas le droit - y compris et surtout par erreur - de taquiner ?

Cet événement me remémore cette magnifique tirade du Courrier Sud d'Antoine de Saint-Exupéry :

"O prisonniers, comprenez-moi ! Je vous délivre de votre science, de vos formules, de vos lois, de cette esclavage de l’esprit, de ce déterminisme plus dur que la fatalité. Je suis le défaut dans l’armure. Je suis la lucarne dans la prison. Je suis l’erreur dans le calcul : je suis la vie."

Un plus long extrait se trouve chez Staune.

Paulette, glorieuse de ces 17 points aux mathématiques de ce baccalauréat C décroché le jour du septième anniversaire du départ de maman, deux mois avant mon 17ème anniversaire, je ne suis pour toi qu'une erreur de calcul. Je suis l'erreur de calcul dans ta vie...

Posté par poulettedunet à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2009

Chatons

De la douceur et de la tendresse pour les personnes sensibles et aimées.

Toutefois, il est bon de ne pas oublier que les chats sont des animaux indépendants, qui n'aiment pas la soumission, au contraire des chiens qui se complaisent à se soumettre...

Chatons

Posté par poulettedunet à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 août 2009

Boute en train

Le boute en train serait une personne qui excite à la joie ou amuse ceux avec lesquels elle se trouve. Mais l'amuseur n'est pas pris au sérieux : il est simplement utile.

Selon le dictionnaire de l'Académie Française :

  • en 1762 le boute-en-train était un tarin - un oiseau - qui sert à faire chanter les autres,
  • en 1832 le boute-en-train est un cheval, dans un haras, qui est destiné à mettre une jument en chaleur mais qui, hélas pour lui, ne pourra pas bouter son pénis dans le train arrière de la jument ainsi excitée, ce rôle étant réservé à l'étalon qu'on veut accoupler avec la jument.

En 2000-2009, le boute en train est un homme, idéalement un eunuque, qui divertit madame au foyer, sans la permission de l'effleurer, et qui doit se retirer au retour de monseigneur sans scrupules qui sait, lui, - et donc peut dire et dit - ce qui est convenable et ce qui ne l'est pas, ces choses n'étant pas invariantes selon le rôle qu'il a dans l'affaire.

Le boute-en-train ne doit pas se faire d'illusions.

Posté par poulettedunet à 04:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2009

Fin de semaine légère

Samedi, léger souvenir du 27 juin 1976 et dimanche, du 28 juin 1994.

Vivement demain, pour les saints.

Posté par poulettedunet à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]